Maria Veronica Leon V artist from Ecuador in Paris

ART MEDIAS

 

 

 

CLICK: LA BIENNALE DI VENEZIA, FIRST PAVILION OF ECUADOR

 

The Quantum link

À propos “Gold Water: Apocalyptic Black Mirrors II”, an exhibition of Maria Veronica Leon V. at Macro Museum, Roma.
A major shift in global conscience: that's how we can describe the event that occurred when Ecuador became the first country to officially acknowledge and recognize the imprescriptible right of Nature and its ecosystems to exist and flourish, and consequently the right for the Nature to be cured or restored in case of aggression. It's an unprecedented legal, political and spiritual event, which took place in 2008 when the new constitution was adopted and Nature was defined as a subject of right. This « vision » or conception of the world unifies two trends of thought, one related to late development of environmentalism, incarnated bymilitants like Hugo Echeverría, a famous lawyer working in Ecuador; the other is related to the natives of Ecuador who firmly believe in the concept of « Pacha Mama » or Mother Earth.
Maria Veronica Leon V, a famous native Ecuadorian artist who currently lives and works in Dubai, perpetuating and transcending in her very own way this rich heritage. Through her life, her commitment and her art, she invites us to renew, reinvent and rebuild the core relation we have with Nature, with ourselves and with the essence of the reality.Why are we here? What are we supposed to do? What is the nature of our dreams and visions? Why are we embodied in a visceral habitat that binds us to a cosmic dimension?It is indeed a deep questioning, but following Maria Veronica on her path of creation, we feel that the answers are all bound to our innate creativity.
Regarding the personal level, we can say that Maria Veronica has also merged and revisited the spiritual legacy of her parents. Her mother was a painter and her father a politician, an intellectual and a humanist figure in Ecuador. Herself, as a young child started to express herself vividly, first through drawings and paintings, and later on while studying art, expanding her research to various medium, like videos or performances that she practiced in New York, Cuba, Paris and Venice among many other places before living in Dubai.Social and spiritual conscience, travels, boarders crossing (and/or limits), various cultures and traditions blending, the mixing of verbal and non verbal approaches (like dance or guttural singing)... These are some of the different aspects of her art and life today.
In that sense, the artistic and philosophical approach of Maria Veronica Leon V — visceral and technological, intuitive and conceptual —, is unique in its essence. Following the great success of the Ecuadorian pavillon that held during the last Biennale di Venezia, the artist reactivates and reformulates, for the Macro Museum in Rome, the art-environment that she had previously conceived in Venice. As a woman and as an artist, she felt a great sense of responsibility when she was officially commissioned to conceive the national pavillon. Fully aware of the syndrome of « artistic provincialism », Maria Veronica still wanted to be able to talk about Ecuador as a whole (id est, speaking-outloud for Quito and La Sierra but also for The Coast region), but she also felt the urge and the need to carry auniversal topic; in that case: Gold and Water.
After several conversations with the artist, I understood how bright and pertinent was her choice. It's not about the « lieux communs » or « clichés » concerning human greed,the capitalistic system or environmental problems — even though it's a substantial part of what Maria Veronica is dealing with. First, it binds us to the long story of the South-American continent and her ancestors, the great Incas and the pre-Colombian societies. And as the artist progresses in her work, she transforms herself physically, slow turning into an extra- terrestrial or mythical figure: secret and sacred rituals, masks, screams and dreams... It is as we are travelling in time, going back to a mysterious past, which is also the key to our future.
As her native country, the « Pacha Mama » (Mother Earth) and her ancestors are all intrinsic and constitutive part of herself, so is the water. And that simple truth resonates in many fields like quantum physics, cosmology, biology and psychology. Among many texts, here is what Maria Veronica writes about it: « We feel the churning power of the oceans and seas, interconnected in an energetic therapy, building barriers to resist industry’s atrocities;generating a second dimension of existence, where universal cosmic energy gives birth to a centric universal nucleus, from where an explosion of new fountains irrigates old affected waters and a new cosmic galaxy emerge. Waters’ new energy isstronger than industry ».
White light, blue water, dark stars, green dollars, gold and oven are like various aspects of our body-mind-spirit connection and therefore part of an « œuvre d'art total », mixing video, etching, photography and performance, producing what the artists define as « techno-theater », or « techno-opera », blending new philosophical and sociological approach with esoteric and hermetic tradition. That's how Maria Veronica embarks us on a physical and spiritual journey,a quest formeaning and self-reflection exploring a metaphoric Eldorado where Gold and Water reveal themselves as our ultimate fate, the alpha & omega of our human destiny.
The exhibition unfolds and spreads in various parts of the museum, inviting the visitors to discover in a progressive manner the various works exhibited. Definingher own territory, the artist uses the existing exhibition structures but she also creates new ones by bringing an industrial container into the space of the museum. It's like a womb, amine settlement or an athanor (the oven of the alchemist). Visually, the various works displayed at Macro Museum oscillate between kaleidoscopic and hypnotic geometry and oversized expressive self-portraits.
Primary matters, Nature and the body of the artist turn into vectors of artistic expression: it's an integrative process where concepts, thoughts and emotions blend and resonate in various ways, reaching a point of incandescence where a new state of mind is created, reborn and purified.

David Rosenberg Paris, mars 2016
NGDORNG[ODKFNBO[KXDFNBOKXNFGBOK[NXF[OKBNXFGNBO[KXFGNOK[XNG [OKX GN[OKXCG NOK[FXG NO[FG NO[ [FOXKG N[OKCG N[OKCG NO[KCG [OKC FNOK[C N[OKCF NO[KC 


-ART VIDEO

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminin

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

DIGITAL PHOTOGRAPHY

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

-PERFORMANCE 

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Click: PERFORMANCE VIDEO

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

-DRAWINGS

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

-PRINTINGS 1991-95


C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

-PAINTINGS

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.



PORTRAITS 

Paris, 2008

Maria-Veronica Leon V, or “the art of portrait making”

Few contemporary artists dare to do something different. Maria-Veronica Leon provokes minds, re-appropriating a genre of painting that’s fallen into disuse, namely portraiture.

Like Ingres, she leaves the psychology of her models untouched. Like him, if we are to believe Baudelaire, she thinks “that nature must be corrected, amended; that cheerful, pleasant trickery, done with the aim of pleasing the eyes, is not only a right, but a duty.” “I want them to see themselves differently, I want to remove them from their everyday life, I give them new life!” she says.

So she invents an environment with unexpected dimensions for them, creates a “new life” for them in and for the painting. In this more open approach to the concept of the art of portraiture, she transforms her subject into a mythological figure and, leaving its status as a minor genre behind, “the art of portrait making” becomes, with her, painting in the broad sense of the term, painting with multiple stories, a mythology.

The cycle of canvases depicting the Duchess of Galliera is exemplary. The famous patron of Genoese arts interpreted by the artist becomes the heroin of a real epic that crosses the ages.

Maria Veronica Leon paints her friends, celebrities, mother and daughter… Flat and face on.

Each of her effigies is intimately linked to a pictorial space which is his/her own. Rounded, fertile forms cross the body; Incan, constructivist, rhythmical geometric shapes obtained with bold colours.
Symbols like Kabbalistic writings of which only the initiates know the secret meaning can take up the whole canvas transcending the figure.

Oils, collages, acrylics, computer generated images, no matter what the material, it’s the result that counts.

Boldly allegorical and cosmic, taking inspiration from the nature she distorts,

drawing on her psyche, taking from the cartoon what she needs, her painting is an aesthetically transgressive painting.

The floral motifs on the Duchesse of Galliera’s dress, the necklaces like marine algae, the effects of precious stones and shells in the portrait of Philippe Ferrari …
She loves camouflage effects…Make-up, fabrics, very simple clothes, sometimes skilfully adjusted and frothy lace hide, envelope, metamorphose the model. She sometimes uses CDs as a collage.

With their flashing light, like aggravating and provocative contemporary mosaics, these ordinary materials reflect the light, irritating the viewer.

The ostentatious demonstration of this mundus muliebris [woman’s world] compares her to Léonore Fini. A dark ecstatic sphinx, Léonore Fini is already part of history while Maria-Veronica Leon invents a post- contemporary world with the pulsating rhythm of techno.

In one of her self-portraits to which she gave the exotic title “La Emperadora de China” she depicts herself with a naked torso, sitting in the lotus position, wild, half green and half red, an extravagant show-off. She wears a tie, splits her painting because she is rebelling against the conventional milieu in which she grew up, because she is not what you might think of her, because she is above all a free painter and woman!

Like Klimt, she loves gold. For the Austrian painter, the glow and shine of this precious metal is reminiscent of Byzantium. For Maria-Veronica Leon, the Incan spirituality, the light of the Andes, the solar dimension she encircles her figures with. They look us right in the eye, lofty and morganatic or smiling, as if posing always on show, never letting themselves go.

Ileana Cornea
Art critic and curator


Quito, 1995-6

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

 

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Paris 1999

Guayaquil 1999

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Paris 2000

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Paris 2000

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Paris 2003

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Guayaquil 2004

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Guayaquil 2004

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Paris 2006

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité

Paris 2006

C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine.

Paris, 2011


 
”MARIA VERONICA LEON , LE TRAIT QUI FILE”, par Ileana Cornea critique d’art
Son stylo à bille glisse rapidement noircissant la feuille vierge, des fils se chevauchant, s’étirant et finissant par prendre forme. L’organique rejoint le végétal dégorgeant de sève, le corps féminin est un secret paysage, une constellation palpitante, une cartographie changeante, une tapisserie racontant des histoires intimes.
C’est de la famille de Valentine Hugo, d’Unica Zün, de Dora Maar, de Léonore Fini, de Toyen, et de toutes celles dont on a oublié le nom dont Maria Veronica Leon vient et complète la lignée. Elle appartient à la famille des femmes qui apportèrent à l’histoire de l’art la conscience de l’intériorité féminine. 
La femme se pense cosmique, se sent appartenir aux forces  telluriques et chtoniennes, elle est l’incarnation de la grande nature. Maria Veronica interprète instinctivement le corps de la femme comme un ressort vivant se désarticulant, se recomposant sans cesse. 
Ses dessins sont de la plus grande justesse. Ayant vécu et travaillé avec la troupe de Pina Bausch, elle a su incarner dans ses dessins l’énergie animant les mouvements et l’esprit de la chorégraphe allemande. Ses dessins développent la valeur onirique du corps représenté, la métaphore de l’être appartenant à la vibration universelle. 
L’artiste équatorienne sécrète le fil comme un insecte, comme Pénélope travaillant à son interminable ouvrage. Des boyaux, nerfs, artères, synapses, c’est la nature vivante du corps inquiet, du corps amoureux, du corps lascif du corps offert, du corps qui danse.  Elle tire le fil symbolique, le fil d’Ariane, pénétrant le labyrinthe intime, la condition féminine, le dessous et le dessus se confondant.
Ses peintures héritent ce trait du stylo qui court à l’infini et qui lui est particulier. Dans sa galerie de portraits, on se laisse prendre dans les détails des costumes richement travaillés, le fil complexifie ses tours en s’unissant à la couleur : des pans de dentelleries abstraites, des fils cannelés, s’unissent, se séparent, lianes, textures compliquées et dorées, l’artiste vient d’un pays où l’or symbolise le soleil et l’argent est poudre de lune. 
Garde-t-elle le souvenir de cette écriture particulière qui consistait à faire des nœuds sur des cordelettes en laine ?. Du quipu, les dignitaires Incas s’en servaient pour la gestion économique et démographique des lieux qu’ils administraient et les chaski, les postiers du royaume, le portaient avec eux pour repérer géographiquement leurs parcours. 
Maria Veronica Leon défait tous les nœuds de l’histoire des Incas pour ajuster ses fils à d’autres imaginaire comme Klimt qui fit briller les mosaïques de Ravenne dans la Vienne renaissant à la modernité. Dans ses toiles récentes, le visage de ses personnages disparaît derrière un masque sophistiqué. Des longs fils enchevêtrés, cordons ombilicaux défont et refont la filandreuse filature, et, comme Frida Kallo, la filandière scelle l’histoire de sa propre vie. Travail de mémoire telle une tapisserie abstraite aux couleurs vives couleurs de feu rappelant l’enfer dans les enluminures de la Hortus deliciarum d’Herrade de Landsberg. 
La vidéo, est son autre moyen d’expression. C’est un moyen d’expression pour des voyageurs comme moi dit l’artiste. Quelle différence il y a-t-il entre un support et un autre lorsque l’on veut dire quelque chose nous concernant ? Et la encore, c’est toujours la palpitation organique qu’elle met en scène. Dans Pinky, le son scande le déroulement des séquences. Cette vidéo est subtilement menée. Les images abstraites, gélatineuses et humides s’enchaînent comme une histoire ayant un commencement et une fin. Comme dans ses dessins, l’artiste brouille les pistes, l’intérieur et l’extérieur malaxent leurs masses. Contrairement à l’inquiétante étrangeté dans l’imaginaire Surréaliste, cette vidéo, c’est de la jouissance dont elle décrit l’étrangeté. 
La liquidité comme thématique, comme matériau est présente dans ses vidéos autant que le souvenir de l’or rappelant les origines d’un Equateur royal. De toutes les villes d’Europe où elle a séjourné, seule la ville de Venise rend hommage à la fois à l’eau et à l’or, à ces deux éléments chevauchant leur symbolique.
Dans cette ville écrivait Honoré de Balzac, on est plus riche que ne le sont les dix maisons les plus riches d’Amsterdam, ou de Londres, plus riche que les Rothschild, enfin riches comme les Mille et Une Nuits.(Palace). Quant à sa vidéo intitulée White Tea-White, sa rêverie tourne autour de la mandorle, ou de l’amande mystique symbolisant le passage d’un monde à un autre, le passage de l’intérieur à l’extérieur, le passage du secret en gestation à l’évidence du jour. 

Ileana Cornea Paris mars 2008 Critique d’art et curateur
No Comments

Leave a Reply